dimanche 19 mai 2019

Envers et contre tout

J'ai - bien sûr - repris le chemin du jardin, entre orages, grêles et gels matinaux... et à ma  grande surprise, j'y prends encore et toujours du plaisir!


Les tulipes Spring Green sont encore fraîches, seule leur tige zigzagante atteste des épreuves subies... On voit à l'arrière le bord de mon "marais", une zone que je tiens humide grâce à un film plastique placé à environ 30 cm de profondeur. Les apprentis paysagistes avaient décidé, en mon absence, de border cette zone des gros galets que j'ai à profusion dans le jardin. C'était horrible cet alignement en courbe dans mon jardin basé sur la ligne droite et cet arrangement m'a tiré l'oeil tout l'hiver... En plus, le robot tondeur ne voulait pas aller se frotter contre ces pierres incongrues et le gazon avait vite retrouvé sa vitalité de graminée. Donc, M. Gine s'est armé d'une bêche et a fait une jolie taille. Un peu de terreau et quelques plantes rampantes feront la jonction d'ici quelques temps! J'en ai profité pour planter un de mes chouchous : l'Hakonecloa macra, dans sa version "Aureola". C'est la lumière assurée dans le massif!


Mai a fait des dégâts, comme attendu, mais il y a de bonnes surprises : toutes les clématites reprennent, même celles dont j'avais enlevé les supports vu leur disparition pendant une année ou deux! J'en avais acheté une petite dizaine et maintenant je ne sais plus où les planter - j'en souris toute seule! 
J'attribue le retour des vivaces disparues à l'hiver plus doux cette année, malgré le printemps calamiteux. La Mélite à feuille de mélisse a fait son grand retour, elle aussi! La fleur est discrète, les égopodes cachaient la plante, et j'ai bien failli tout arracher en désherbant un peu trop énergiquement. Mais quelle classe, cette petite fleur!


Les Géranium phaeum Angélique, qui m'avaient déçue par leur manque de performance, ont pris leurs aises dans les trois endroits où je les avais disséminés. Enfin, leur fleur brune donne le meilleur d'elle-même.


Une tulipe encore, Rejoyce, que j'avais achetée pour rose pâle, a su m'enchanter par des tons orangés mêlés de rose, très changeants. L'association involontaire avec les boutons de Jacinthe campanulacée me plaît beaucoup.


Vous l'aurez compris, je suis un peu entre deux saisons... les tulipes tirent sur leur fin, les roses sont encore en tout petits boutons, c'est le tour des petits fleurs de tirer leur épingle du jeu... comme la Ruine de Rome qui colonise le gravier qui court le long de la maison!


Sous l'Erable japonais (A. palmatum dissectum), les petites plantes de rocailles ont remplacé les crocus et perce-neige. Je suis contente de leur développement pour cette première année. Les Viola cornuta qui garnissent encore les potées en attendant la fin assurée des gels nocturnes viendront agrémenter de leur bleu pâle ce coin que nous avons toujours sous les yeux, à deux pas de la terrasse.


Voilà, le printemps reprend lentement ses droits et nous allons, le jardin et moi, être précipités dans l'été dans déplaisir!

dimanche 5 mai 2019

Mai, vilain mois de mai!

Mai, je te hais! Je te hais quand tu t'amuses à jouer à l'hiver, comme si tu n'était qu'un petit mois de début d'année... Tu trahis là ton rôle de mois des fleurs et tu ruines mon travail et mes espoirs!


Le réveil fut rude ce matin, même toi, vilain mois, tu en étais silencieux, honteux de ton audace. A travers la vitre je ne voyais qu'arbres ployants et fleurs écrasées.
Il a fallu sortir pour constater que tu avais bel et bien cassé des branches et renversé des buissons! Rien d'irréparable, dis-tu ? Tu as pourtant tout saccagé en quelques heures, et pour quelle utilité, hein?


Avril avait ruiné la glycine, et toi, tu détruis ce qui avait encore résisté! Je n'ai même pas eu le temps de cueillir un peu de lilas, et il va brunir, irrémédiablement.


Tu peux essayer d'enjoliver la situation en brillant dans les giboulées, tu ne me feras pas oublier les amélanches qui jonchent le sol,


et tes facéties de clown ne t'apporteront aucun pardon, car pour une tulipe résistante, combien de cassées ?


Non, je sais, tu ne comptes pas, tu t'es démené toute la nuit, et au petit matin, tu as laissé le gel durcir la couche blanche qui a enserré mortellement les branches des rosiers fragiles et les feuilles tendres des vivaces.
La vigne qui avait sagement attendu la fin avril pour commencer à pointer ses bourgeons a subi la dure loi du froid et je ne sais si demain confirmera la perte de la récolte.


Il va falloir que tu développes des trésors d'imagination pour que le jardin retrouve un peu de couleurs et de joie de vivre, avant que tu ne passes le témoin à Juin. 


J'espère que tu sauras te montrer à la hauteur de ta réputation qui a été bien écornée aujourd'hui!!!



jeudi 2 mai 2019

Les perles

La semaine a été laborieuse, entre le nettoyage des terrasses et des passages,  ainsi que celui des meubles de jardin. Le désherbage et la remise en pots de différentes plantes n'ont pas été oubliés - et il reste encore à faire.
Juste avant la pluie, le jardin était bien propret vu depuis la terrasse. La jolie Nala voisine a trouvé un bar à son goût, alors que Seita boude toujours cette fontaine qui a le culot de mouiller sa robe de princesse!



Quelques gouttes sont tombées, bienvenues après les transplantations d'hier, et entre deux averses, le petit tour du jardin était bien gratifiant. Les petits iris de bordure me charment toujours autant... Ils m'ont été donnés par ma mère, ils ont été de tous ses jardins et de tous les miens!


Le spectacle des pensées qui ont passé l'hiver dans leur potée et que le vent a terriblement bousculées ces jours passés ne me lasse pas. Elles semblent fragiles avec leurs larges pétales si fins, mais elles ont résisté au gel, à la neige, et enfin, sous la pluie, elles sont splendides!


Les nouvelles feuilles des pigamons sont des pièges pour les larges gouttes qu'elles savent si bien faire miroiter.


Les perles enjolivent les promesses d'une clématite bien téméraire et la seule en bouton, une clématite Le Président, je crois...


Et enfin, une pivoine arbustive achetée chez un discounter allemand pour une somme dérisoire en 2012 fleurit pour la première fois! Quatre boutons dont le premier s'est ouvert aujourd'hui! 

Son opulence est jubilatoire!

Pivoine Light Pink
La pluie a cassé ses rivières de gouttelettes à plusieurs reprises, mais un faible soleil éclaire à l'instant les trésors du jardin.


jeudi 25 avril 2019

Tulipes à coeur

De tout temps, j'ai été sensible au parfum de la tulipe - des tulipes devrais-je dire, puisque chacune a une senteur différente. Lorsque je vivais entourée de fleurs exotiques et que je pensais à "chez moi" la nostalgie me prenait au souvenir de ce parfum...
Je me poudre encore le nez avec plaisir aux pistils charbonneux et à défaut d'odeurs, mon APN vous montre le coeur de la tulipe...


De celles que je reconnais, et d'autre qui naviguent de massifs en massifs, au gré des travaux. Les valeurs sûres, toujours présentes au jardin, ce sont les tulipes blanches et mauves.
La tulipe viridiflora Spring Green dans le soleil est presque jaune en contraste avec le blanc immaculé du Narcisse Thalia.


La tulipe Purissima la bien nommée lui donne la réponse dans une note plus chaude de l'autre côté de la pelouse...


La nouvelle arrivée, Abigaïl, penche la tête sous son propre poids... J'aime son calice rond et son coeur tout chiffonné!



Sa consoeur, la tulipe Elsenburg semble n'avoir pas de couleur bien déterminée et son rose orangé me plaît moins, malgré son évident besoin de briller.


Et la toute belle, à qui je réserve mes plates-bandes nord, la tulipe Akenobo... Elle a tout d'une pivoine, elle "tient" la pluie, elle fait merveille dans les bouquets, et son jaune est flammé et ourlé de rouge, tout en délicatesse!


Pour illustrer les sauvageonnes, une scène spontanée que je trouve lumineuse. Spontanée par les couleurs, car j'avais bel bien déterré ces bulbes par inadvertance. Je les ai replantés en groupe en croisant les doigts. Mais le résultat ne peut que me ravir!


Ce sont mes toutes premières tulipes, à part les petites botaniques... J'en attends encore d'autres, mais je suis déjà comblée!

vendredi 19 avril 2019

Enfin !

Je me suis éloignée quelques jours pour rencontrer le printemps plus au sud. J'ai fait le plein d'iris, d'orchis, d'arbres de Judée et de glycines - heureusement. Bien sûr, je pensais à mon jardin, mais après le gel sur les vignes et les vergers, je n'osais plus me plaindre de l'état de mon petit domaine qui ne sert qu'à enjoliver ma vie!

Quand je suis revenue, j'ai été surprise de la bonne tenue des narcisses qui avaient redressé la tête, de nombreuses plantes qui avaient enfin démarré, et des tulipes qui avaient réussi à prendre un peu de hauteur!


Les premières tulipes à fleurir sont les blanches - tous hybrides confondus - et quelques vieilles tulipes rouges ou oranges qui se sont éparpillées au fil des années et au hasard des remaniements...  J'ai retrouvé mes tulipes tarda qui n'avaient pas fleuri l'année passée et qui sont bien mignonnes ce printemps!


Waldsteinia ternata, le faux fraisier, est brillant lui aussi. J'aime ce couvre sol pour la lumière qu'il apporte au pied des buissons, mais lui, très nettement, préfère les endroits plus ensoleillés et il colonise mes sedum plantés au-dessus du mur...


Et la jolie primevère continue la ronde printanière des jaunes... J'aime tout en elle, sa feuille crispée et douce, sa fleur naïve, son port, et même son goût, si proche de mes jeux d'enfant! 


L'amélanchier a finalement bien résisté et n'a pas souffert, malgré mes craintes... Il est en toute gloire depuis deux jours et les abeilles en font leur principale source...


La glycine, par contre... là est le plus gros dégât : tous les bourgeons sont séchés et s'émiettent sous la main comme de la poussière... Je n'ai qu'à espérer que les yeux secondaires se réveillent pour avoir une petite floraison mauve - signe distinctif de mon jardin!
J'avais taillé les rosiers précautionneusement à quatre yeux et bien m'en a pris... Certains ont gelé, d'autres pas, parfois à vingt centimètres l'un de l'autre! Mais je sais qu'ils auront la force d'émettre de nouveaux jets - il faut juste de la patience, encore.
Une petite association comme je les aime : au milieu des feuilles de tulipes, une jacinthe et quelques Erythrones pagoda, petits bijoux!


Les érables japonais - ici Orange Dream - commencent à mettre leurs feuilles et l'association voulue avec les petits narcisses Sailboat fonctionne bien, j'en suis contente. Mais la scène devrait encore prendre un peu d'ampleur ...


La nouvelle fontaine souffre d'une prolifération d'algues qui s'enlèvent facilement avec le jet. Je me suis faite conseiller un produit écologique pour les éviter mais le résultat n'est pas si probant. A suivre...


Enfin, les Anemone blanda plantées à l'automne sont extraordinairement grandes. Je ne me lasse pas de les voir éclore chaque matin et se refermer au crépuscule. Leur blancheur fait merveille dans les massifs!


L'Aurore a trouvé un Narcisse thalia pour s'endormir et je ne l'ai découvert qu'en voulant photographier la fleur!


Je finirai la ronde des bonheurs avec l'unique Fritillaire qui fleurit cette année! Toutes les autres sont bien en feuilles, mais sans boutons...


Vous l'aurez compris, malgré la déception de la glycine et quelques autres dégâts mineurs, le jardin a bien résisté et j'en suis enchantée. J'ai du coeur à l'ouvrage et je nettoie d'arrache-pied ou plutôt d'arrache-main!

jeudi 4 avril 2019

Une nuit, un jour

C'est le temps qu'aura duré la neige d'avril... Une neige lourde qui casse les fleurs et courbe les buissons...

Le réveil fut difficile ce matin


mais il neige encore maintenant en début d'après-midi! C'est la pagaille dans les massifs,


et dans les haies. Pauvre Magnolia!


C'est une neige pleine d'eau, la pire, puisqu'elle ne se maintient pas en manchon léger et protecteur. Elle ne retient pas les nouveaux flocons, elle s'égoutte...


Le gel est annoncé pour cette nuit, laissant craindre pour les fleurs et les bourgeons...


Quel vilain tour avril nous joue!

samedi 30 mars 2019

Chaque floraison

Verveine Sauvage a joliment dit dans les commentaires du précédent article : 
"Chaque floraison est un sourire"

Une phrase qui me revient en tête quand je découvre jour après jour les cadeaux du jardin. Tout est encore modeste : il gèle toutes les nuits et malgré les doux après-midi, je ne suis pas si pressée de voir les nouvelles feuilles sortir pour dépérir de froid la nuit. Patience...

Les hellébores ont enfilé leur robe pourpre. Je les trouve si gracieuses, même si elles arrivent bien tard et que l'on en a vu de splendides dans tous les jardins virtuels. La collègue qui m'a donné la première m'a dit : "tu en auras partout". C'est bien vrai : elles se resèment à profusion et ont même colonisé le talus de mes voisins bien contents!


Le jaune bien sûr est de saison! Les premiers narcisses éclosent, symboles incontournables du printemps...

Narcisse Ice Follies
Narcisse Tête à Tête
Et le blanc, avec les Anémones blanda que je renouvelle chaque année - des marguerites avant l'heure. 


Enfin, les gracieuses Tulipes turkestanica qui n'ouvrent qu'au soleil - quelques heures par jour qui suffisent pour que les abeilles s'en repaissent.



Quant au Bombyle, il a trouvé solarium à son goût sur une étiquette effacée...


Le Magnolia stellata a souffert du sec cette année. En fait, il ne fleurit bien qu'une année sur deux, quel que soit l'amendement que je lui fournis... N'empêche que ses corolles de jade me ravissent, même si ce n'est pas l'opulence. Un peu de délicatesse ne saurait nuire!


Du plaisir,  et le sourire, c'est vrai, à chaque découverte... Une note de violet parfumé pour terminer ce mois de mars