lundi 9 décembre 2019

Un dernier pour 2019

Mon jardin a traversé une année un peu spéciale, entre délaissement et petits soins ciblés : l'urgence est parfois ailleurs! 

Je fais rapidement un dernier article pour 2019, avec quelques petits bonheurs glanés d'ici de là. 

J'ai pu, par un bel après-midi ensoleillé d'il y a quelques jours, planter les tulipes que j'avais achetées à la va vite dans une grande surface : des blanches, lys ou simples, et des perroquets, rouges ou oranges... Elles commençaient déjà à germer dans leurs sachets et j'espère que la douceur relative de cette dernière semaine leur permettra de se fortifier avant les grands gels... On verra tout ça au printemps quand la nouvelle saison reprendra dans la sérénité.

Des roses encore, quelques Generous Gardner, quelques Opalia, et l'émérite Emera, tant décrié puisque rosier-décor trop utilisé dans les massifs urbains. Mais que lui reprocher, si ce n'est son manque de parfum ? Il a fait le spectacle de juin à décembre!


Le petit Crystal Fairy n'en finit pas de fleurir, bien protégé par les feuilles du Cotinus qui, à l'instar des autres arbres du jardin, s'est déplumé bien tardivement....


Quelques potées ont résisté jusqu'au début décembre, dont ce fameux Bidens qui n'a été généreux qu'en automne! Je le cherche en blanc depuis plusieurs années, mais la mode a passé et ce bicolore qui ne me plaisait pas tant que ça a fini par me convaincre : tout aussi lumineux!


Le Phantom qu'aucune neige précoce n'a cassé est encore bien présent dans sa version ocre et il anime la cour à lui tout seul! La photo date de quelques temps, il a désormais perdu toutes ses feuilles, mais ses fleurs sont admirables encore.


Les mangeoires des oiseaux ont été garnies, et des nuées de mésanges, de moineaux et de pinsons les pillent quotidiennement! Bien heureusement, je les vois aussi arpenter les branches en soulevant les mousses pour en déloger quelques insectes. Après, le bain, la mésange bleue fait des acrobaties.


Des bonheurs simples, que le jardin procure, malgré tout... il suffit juste de les apprécier.

C'est le temps des Etoiles de Noël, fleurs que je dédaignais avant de les connaître en arbre sous les tropiques. Désormais, en souvenir de leur beauté majestueuse, je garnis ma fenêtre chaque année!


Et c'est avec elle que je vous souhaite à tous un joyeux Noël, et une belle et bonne année 2020 !

mardi 22 octobre 2019

Des trésors, encore, en vrac!

Entre deux pluies, quelques trésors... juste pour le plaisir de la fin de saison.

Des bonbons, ceux du Calicarpa que les oiseaux n'ont pas encore repéré tout occupés à piller les fruits du fusain.


Une surprise, la floraison du Schizostylis, acheté à la vite, planté et oublié...


Un étonnement, avec la ténacité du Penstemmon qui fleurit pour la troisième fois cette année.


Le fusain ailé qui se la joue framboise... juste pour quelques jours, mais quel délice dans les derniers rayons de soleil!


Le rosier A Shropshire Lad, qui se rattrape de sa maigre prestation estivale.


Enfin, le flirt attendu des deux homonymes... Le dahlia Eveline et la rose Evelyn ! En toute fin de saison, c'est vrai.


Voilà, c'est une petite chronique des massifs encore piquetés de quelques fleurs qui me réchauffent le coeur!

samedi 12 octobre 2019

L'automne, déjà là!

Oui,  la brume et la rosée du matin le confirment - et une certaine douceur dans l'après-midi aussi : l'automne est arrivé! Les asters, signatures du jardin en cette saison, n'ont pas failli au rendez-vous. 


Pourtant déjà, certains se fanent et les asters blancs n'ont pas réapparu, ni les roses d'ailleurs. Je crains que les butineuses acharnées  qui ne quittent pas ces buissons ne mélangent tous les pollens et que l'espèce "naturelle" s'approprie toutes les hybridations. Avez-vous constaté le même phénomène chez vous ?

Quelques roses encore, de ci de là, et la couleur si bien accordée à l'air du temps du merveilleux Westerland, qui dans la lumière du soir donne le meilleur de lui-même. Entre deux éclats de lumière son parfum enchante la cour.


Les massifs lancent encore quelques éclats, les dahlias rattrapent leur retard. Eveline et Aramis arrivent bon derniers mais après les avoir cru définitivement ruinés par les limaces, chaque fleur me paraît un miracle! 


Rien ne détrompe un sentiment de fin de règne, malgré les efforts des vivaces qui reverdissent après une coupe précipitée, la jardinière ayant la tête ailleurs! Les lierres fleurissent et les abeilles et autres syrphes sont à l'oeuvre comme pressées d'engranger leur moisson.


J'ai secoué les têtes de Nigelle au-dessus des massifs, en priant pour que lors de la plantation des tulipes, leur enfouissement soit suffisant. Je compte une fois encore sur la bonne volonté de mon terrain pour avoir du bleu l'année prochaine. Puis les trouvant bien trop jolies pour être jetées si tôt, j'en ai fait un "bouquet" en les appariant avec les lunaires que je n'ai pas eu le temps de décapsuler. Le vent s'en est chargé... et les graines sont perdues ou éparpillées.


Les oiseaux et la fouine que j'entends courir sur le toit de la cabane les nuits d'insomnie m'ont laissé quelques raisins vendangés dans le soleil...


Le framboisier, un régal, mais ce n'es pas cette année que j'en ferai de la confiture!!!
Un rappel d'un article de 2011 sur cette sorte de raisin