mercredi 28 septembre 2022

L'automne en septembre

Certes, la canicule devait bien finir un jour... mais la transition fut rude! Mi-septembre, les températures matinales nous laissaient frissonnants, et le gel au sol était annoncé plusieurs matins... Sans dégât pourtant.

Quelques photos, pour le plaisir, en ce mois où les évènements m'ont tenu éloignée jusqu'à ces derniers jours.

L'Hydrangea Phantom a commencé sa mue vers le rose et tout au long du mois, il va gagner en couleurs. Le voilà au tout début du processus.

C'est l'Heptacodium qui prend le relais du blanc. Il ne souffre pas du froid et de la pluie, ses fleurettes restent immaculées, et attirent nombre de butineurs.

L'Hakonecloa commence à fleurir, signe qui ne trompe pas : il annonce l'arrivée de la nouvelle saison. J'aime ces épis légers qui allègent les bouquets et... le massif!


Et les premiers fruits : ceux du muguet, très rares, chez moi,


et ceux de la vigne. Les oiseaux sont déjà à pied d'oeuvre, alors que je  trouve les raisins un peut surets encore!


Et pour terminer, les travaux prévus en février, puis en mai, ont débuté! Un premier Avant/Après sur le fond du jardin, où j'ai condamné deux massifs, et augmenté ainsi la surface de tonte du robot.



Ce n'est pas terminé, vous vous en doutez, mais il pleut tant qu'il n'y a plus qu'à atteindre le retour du soleil!

vendredi 26 août 2022

Billet aoûtien

Ne pas laisser passer ce mois d'août sans lancer un regard un peu blasé sur le jardin qui a été bien délaissé sous la canicule... et les péripéties de la vie quotidienne!

Je ne garde que le beau, pour oublier la désolation générale.

Le petit rosier Fairy - rose, celui-ci, planté en pot a fait une floraison très tardive, mais pleine de fraîcheur, qui s'accompagne si bien de l'Aster Eleven Purple qui fleurit depuis un mois sans discontinuer...


Les dahlias - 6 de plantés et 2 en fleurs !!! - commencent à donner le meilleur d'eux mêmes. Ce dahlia karma Irène est un vrai cadeau, florifère et de bonne tenue... ici derrière des Echinacées un peu échevelées...


Le rosier Polka est un rare rosier qui a supporté la canicule... planté au sud, en plein soleil, il n'a pas arrêté de fleurir depuis juin! J'aime beaucoup cette rose juponnée, qui passe de l'abricot soutenu au jaune très vanillé en fin de floraison.


Un Rudbeckia triloba - que j'achète en planton - met un peu de légèreté dans ce massif sud assez fouillis. 


En effet, les Crocosmia y ont très mal fleuri cette année, leurs feuilles envahissent tout, et j'avais introduit par erreur, en 2020,  un Dispacus pilosus croyant avoir commandé une Cardère aux si belles fleurs bleues... J'avais été bien déçue et j'avais arraché à l'automne cette plante un peu chétive, sans imaginer sa capacité de survie! Deux ans plus tard, donc, cinq plantes inconnues sont apparues et on poussé à une vitesse impressionnante... Je leur ai coupé la tête et elles sont immédiatement branchifié... A la première fleur, j'ai reconnu mon erreur et essayé d'arracher ces monstres aux si petites fleurs... Peine perdue, je les ai coupées au ras du sol, mais quelques fleurs sont là... Mignonnes, et fort mellifères, oui, mais bien disproportionnées... Ne vous y trompez pas, celle qui pique le plus n'est pas celle que vous croyez!


Je surveille ces quelques fleurs comme le lait sur le feu et les coupe dès qu'elles sont fanées pour éviter une nouvelle invasion!

Les signes avant coureur de l'automne sont déjà visibles, par la floraison de l'Hakonechloa, gracieuse, 


et par la coloration timide du pommier Evereste...


Voilà pour le beau... les autres massifs m'apportant fort peu de satisfaction!


samedi 23 juillet 2022

Surprises

Un orage, suivi d'une bonne ondée, et ce que l'on croyait perdu pour cette année se réveille!

J'avais découvert ce rosier adorable chez une amie, en Beaujolais, et malgré le fait que j'étais hors saison - en juin - j'en ai prélevé une bouture... Une année après, celle-ci produisait déjà un joli fleuron. Je pense qu'il s'agit de The Fairy Rouge. Depuis cette photo, je l'ai coupé et rempoté dans un pot plus haut pour favoriser le départ de nouvelles racines.


Le rosier Darcey Bussell  ne trouve pas sa place au jardin, semblant ne se plaire nulle part... En pot depuis deux ans, après avoir voyagé dans différents massifs, ses boutons étaient tout flétris après la canicule, malgré mes apports d'eau. L'eau de pluie l'a ragaillardi !


Et enfin, un rosier que j'avais déplacé et remis en pot, tant il jurait dans le massif jaune et blanc. Il y végétait et je l'ai remis dans le massif sud, plein soleil, en mars. Et hier, sous les feuilles des Crocosmia, il a fleuri - alors que je m'apprêtais à le déclarer mort... 


Une pluie bienfaisante!