jeudi 11 novembre 2021

Les oiseaux familiers

Au moment de commencer le nourrissage des oiseaux, les derniers fruits des fusains, viornes et vigne étant presque épuisés, j'ai repris le déroulé plaisant des visiteurs ailés du jardin.

Le merle est de toutes les saisons, mais sa robe noire est particulièrement gracieuse en hiver.


Les mésanges sont les plus fréquentes, tout particulièrement les bleues et les charbonnières. Elles apprécient énormément la fontaine dont le glouglou régulier ne les effraie pas. Il faut dire que beaucoup d'entre elles sont nées au jardin!



Les moineaux dont j'aime le joyeux charivari autour des mangeoires sont revenus en nombre depuis deux ans. Les pinsons aussi, mais je n'en ai pas photographiés - à mon grand étonnement!


A leur troupe se mêlent des bandes de tarins des aulnes assez familiers : ce petit monde fait une jolie basse-cour!


Si le rouge-gorge est très familier - je les appelle "Petit Prince" -



le chardonneret l'est beaucoup moins. Je l'entends gazouiller dans le chêne, mais bien trop loin pour mon APN ! Celui-ci devait être affamé!


Les beaux jours m'apportent le chant du Serin cini,


et celui plus insistant du Pouillot véloce et de la Fauvette à Tête Noire. Le Rouge queue et le Troglodyte sont aussi très fréquents, mais je n'ai aucune photo cette année de ces oiseaux trop rapides ou rois du camouflage pour certains.

La Tourterelle turque essaie de s'installer tous les printemps dans le chêne. Mais jamais encore elle n'a réussi à y faire son nid, certainement chassée par les corneilles et autres pies qui affectionnent les grands arbres, elles aussi.


Nous assistons souvent à des bagarres entre les corneilles qui nichent dans les chênes séculaires en bout de lotissement et les milans royaux qui patrouillent en permanence entre forêt et village...



Mais la grande surprise de cette année, c'est la venue de l'Epervier, amateur de raids éclairs pour se nourrir de jeunes oiseaux. 


Si je n'espère pas qu'il prenne ses habitudes au jardin, je dois bien reconnaître que j'admire son habileté et sa belle prestance.

Le jardin est bien vivant, et la présence de la forêt y est pour beaucoup! J'espère que la densification de la banlieue ne fera pas fuir tous nos hôtes ailés!


samedi 30 octobre 2021

Feu !

Un automne flamboyant qui console de la perte des fleurs,  trop tôt achevées par les gels matinaux.

Certes, l'Acer dissectum Garnet, est rouge toute l'année, mais en automne, sa couleur gagne en vigueur.


Il n'est pas le seul à faire le spectacle. Le Fusain ailé arbore des feuilles couleur framboise 

tandis que son compère, le Fusain d'Europe ouvre ses bonnets d'évèque qui attirent depuis plusieurs semaines fauvettes, pouillots et mésanges.

Le bar à fruits regorgent également des bonbons violets du Callicarpa et les grappes de la Viorne obier. Et cela n'empêche pas les merles de s'attaquer à la vigne de l'autre côté de la maison!


Dans les tons plus fauves,  l'Hamamélis Diane 


et l'Hakonechloa semblent tempérer l'ambiance. Je ne me lasse pas de cette graminée, belle de mai à novembre, et si facile à entretenir!


Même lorsque le soleil disparaît derrière les arbres alentours, le jardin reste en habits de fête.



Un très bel automne pour le jardin!


lundi 11 octobre 2021

Les roses de l'automne

L'été pluvieux n'a pas été tendre avec les rosiers : maladies des feuilles, fleurs ruinées par les averses. Pourtant, certains réussissent des petites remontées qui me mettent du baume au coeur. La sublime Ghislaine de Féligonde fleurit sur un feuillage indemne. 


Cette deuxième floraison tout au sommet du portique flirte avec les arbres, et je ne la vois que de l'étage, mais à son pied, c'est le doux Calizia qui lui donne la réplique.


Le très décevant Malicorne toujours malingre, avec peu de fleurs, toute chiffonnées et très sombres - donne sa seule belle fleur de l'année.


Pénélope a été bien plus gratifiant, alors qu'il n'a que deux étés au jardin... J'aime beaucoup sa teinte abricot qui devient presque blanche à la maturité de la fleur.


Et enfin, le jeune Guirlande d'Amour m'offre encore quelques fleurettes. Il est un peu étouffé par Opalia, mais en l'absence de remontée de ce dernier, il prend son essor.


Encore des boutons sur quelques plantes, même sans feuilles... mais les températures matinales sont tout près du 1°C, et je ne sais s'ils auront le temps d'éclore avant le  gel ! 

Drôle d'année - pour les rosiers aussi!