vendredi 22 septembre 2017

De la douceur et autres délices...

J'ai enfin pu commencer la plantation des bulbes : Fritillaires, impériales et  de Perse! Il a fait hier merveilleusement doux, et le jardin semblait revivre!
A nouveau, le bourdonnement des abeilles, quelques vols de piérides, et surprise : une sauterelle brune! J'ai d'abord cru au criquet italien, mais ni la taille, ni les caractéristiques ne semblent correspondre. Pourtant, italienne ou non, elle annonce la chaleur des jours à venir et je ne peux que m'en réjouir!


Les syrphes étaient aussi de la partie et ils étaient fort affairés à pomper tant et plus le nectar de tout ce qui a un coeur jaune. Même si parfois un peu de toilette s'impose,  comme pour ce syrphe des groseilliers si bien occupé qu'il n'a pas réperé mon gros oeil noir... ou l'a peut-être jugé inoffensif!


Les asters ont gonflé et quelques-uns ont éclaté... Je suis impatiente de voir la marée mauve envahir le jardin.


En attendant, c'est toujours le Géranium Rozanne qui remplit cet office, pour le plus grand plaisir de cette bestiole gourmande que je n'ai pas pu identifier!


Bref, le jardin revit et je revis! Même Seita se tient à l'ombre des bambous, se demandant pourquoi je m'agite à nouveau dans son domaine!


Merci pour vos commentaires et vos encouragements après précédent billet un peu désabusé... Le soleil envoyé et souhaité est de retour - vous êtes des fées!

mardi 19 septembre 2017

Septembre pluvieux...

Il pleut, il fait froid - déjà! L'automne semble avoir sauté une marche, les rosiers ne sont pas remontés, ou si peu, et déjà les asters sont couverts de boutons... J'avais plein de projets de remaniements et de déplacements, mais les averses violentes se succèdent sans discontinuer depuis presque trois semaines. Quelques fenêtres météo me permettent de couper les fleurs fanées, de redresser les dahlias qui ont de la peine à donner le meilleur d'eux-mêmes. Quelle année : trois saisons qui ne se sont que l'ombre d'elles-mêmes!
Mais trêve de doléances, regardons le joli côté du jardin, même s'il n'est pas question de profusion ou de vues d'ensemble extraordinaires. Juste quelques scènes préservées, comme ces potées qui ont fleuri presque sans discontinuer...


L'hibiscus tout à droite n'a jamais si peu fleuri : la fraîcheur nocturne  n'est pas pour lui plaire, mais le solanum à l'arrière n'en a cure!
Une autre scène que j'affectionne tant elle est sans souci, celle créée par l'hydrangea Phantom qui se pare de ses couleurs automnales rose, puis si délicieusement bronze!


A ses côtés Westerland est très beau en feuilles, mais il n'a fait que deux fleurs pour sa remontée : jamais je ne l'ai connu si avare!

J'ai installé dans un coin  désespérément vert deux Rudbeckia triloba qui m'ont fait de l'oeil avec leurs petites fleurs soleil. Beaucoup de grâce! J'espère qu'elles résisteront au gel et que je les retrouverai l'année prochaine. 


Dans le même temps, j'ai craqué pour une Eupatoire dont je rêvais depuis longtemps. Je la voulais blanche et j'ai donc décidé de l'acheter en fleurs. La voilà en place, sous l'arche des rosiers... Un blanc porcelaine qui me ravit!


Quelques asters ont complété mes achats, mais ils ne fleurissent pas encore... Seuls les plus anciens démarrent sous la pluie.
Le très prolifique et gratifiant A. Heinz Richard, au rose éclatant


et l'A. Saphir, qui court ou bon lui semble dans le jardin...


Mes deux dahlias "de toujours" ont eux aussi fleuri à divers endroits du jardin leurs bulbes devenant si gros que je les multiplie au fil des années...

Aramis, le prince sombre, toujours si décoratif


et Rosabelle, qui a fait partie de tous mes jardins depuis tant d'années!


Des "classiques" qui ne m'ont jamais fait défaut! Mais je ne peux oublier Eveline, si blanche, et si courageuse cette année sous pluie! Un blanc parfait dans les massifs. J'aurais rêvé de vous la montrer en compagnie de son homonyme, le rosier Evelyn - tout en délicatesse. Mais ce dernier n'a pas refleuri et a perdu toutes ses feuilles, attaqué par le marsonia.


Je finirai ce long billet par le champion des champions: Le géranium Rozanne, qui a fleuri sans discontinuer et ne fait pas encore mine de faiblir. Je n'en avais entendu que du bien - et vu de bien beaux - mais je n'y croyais pas tant que ça! Pourtant... 


Il n'a a mes yeux qu'un seul défaut : il est très prolifique, presque trop, pour mon petit jardin! Mais sinon j'aime tout de lui!
Que nous réserve octobre? j'espère un été indien, histoire de planter les bulbes commandés dans le soleil...

mardi 5 septembre 2017

Blanc, blanc, blanc...

A la belle initiative de Marie-Claude, et avec quelque retard, je le sais, j'ai cherché du blanc au jardin. Partie pessimiste, j'en suis revenue riche puisque j'en ai trouvé sept - rien que dans ma cour du nord, dont - je vous le rappelle - le blanc et le jaune sont les couleurs dominantes.

Commençons par le blanc le plus éclatant, celui de Crystal Fairy, le rosier bien nommé qui fait une timide remontée...


La mauve musquée, taillée court après sa première floraison, commence une nouvelle série de corolles. Elle se resème où bon lui semble, et celle-ci a choisi le pied aride du mur....


L'ail vert - ou ail plat, ou ail chinois - glisse ses ombelles entre les feuilles de la sauge dans le "carré" des herbes aromatiques. J'aime l'association au jardin - et sur les pommes de terre vapeur!


Pour dominer tout ce petit monde, l'Heptacodium, bourdonne toute la journée. Abeilles, syrphes, mouches et frelons en sont absolument fous. Bon, les frelons, je vous l'accorde, c'est surtout pour chasser les autres volants! Leur manège est absolument terrifiant d'efficacité.


Bien plus apaisant, le premier Aster, Apollo ouvre ses pâquerettes naïves à ras-le-sol, ou presque!


J'avais encore le rosier Opalia, tout en feuilles et bien peu de fleurs cette année, mais toujours aussi charmeur, et les derniers fleurons de l'Hydrangea Phantom qui sous l'assaut des fraîcheurs nocturnes commence à virer au bronze...
Mais, Marie-Claude a dit - donc cinq, c'est cinq!