vendredi 10 janvier 2020

Un hiver sans neige ?

La question est posée : "Mais quand la neige va-t-elle arriver ?" Ce n'est pas tant que je l'attende avec impatience, mais bien la crainte de la voir tomber sur les fleurs printanières. Car jusqu'à aujourd'hui, pas un seul flocon - juste quelques giboulées... 

Un peu de froid la nuit mais pas moins que -6°C, juste de quoi nous faire cadeau d'un peu de sucre... Les plantules sont toutes mignonnes sous ce saupoudrage.

Lychnis coronaria

Matricaire
Les Heuchères sont toutes ourlées et leurs jupons sont très séduisants...


Cela ne dure que quelques heures au matin... et le temps doux reprend la main, faisant fondre cette magie pour en créer d'autres!

Comme l'Hellébore fétide qui fait sa réapparition au jardin, après deux ans d'absence. Elle va dans le jardin au gré de ses envies, elle n'est pas toujours bien placée, mais elle craint les déménagements et pour la beauté de ses fleurs pâles, j'évite de la malmener.


La clochette blanche n'a rien à percer, mais sous le soleil, c'est la seule, la première, si attendrissante.


J'ai râtelé quelques feuilles mortes encore, un peu dans les massifs, et surtout dans le gazon, histoire de profiter du soleil et de ne pas trop m'ankyloser. La Centaurée guignait sous un petit amoncellement, complètement à contre saison!


J'avais hésité à faire des potées de choux décoratifs, tant celles qui ne sont pas abritées sont vite ruinées par le gel ou la neige. Mais elles sont encore toutes belles, et je me régale de ce magenta qui me permet aussi de relever la tonalité de ce premier article 2020.


lundi 9 décembre 2019

Un dernier pour 2019

Mon jardin a traversé une année un peu spéciale, entre délaissement et petits soins ciblés : l'urgence est parfois ailleurs! 

Je fais rapidement un dernier article pour 2019, avec quelques petits bonheurs glanés d'ici de là. 

J'ai pu, par un bel après-midi ensoleillé d'il y a quelques jours, planter les tulipes que j'avais achetées à la va vite dans une grande surface : des blanches, lys ou simples, et des perroquets, rouges ou oranges... Elles commençaient déjà à germer dans leurs sachets et j'espère que la douceur relative de cette dernière semaine leur permettra de se fortifier avant les grands gels... On verra tout ça au printemps quand la nouvelle saison reprendra dans la sérénité.

Des roses encore, quelques Generous Gardner, quelques Opalia, et l'émérite Emera, tant décrié puisque rosier-décor trop utilisé dans les massifs urbains. Mais que lui reprocher, si ce n'est son manque de parfum ? Il a fait le spectacle de juin à décembre!


Le petit Crystal Fairy n'en finit pas de fleurir, bien protégé par les feuilles du Cotinus qui, à l'instar des autres arbres du jardin, s'est déplumé bien tardivement....


Quelques potées ont résisté jusqu'au début décembre, dont ce fameux Bidens qui n'a été généreux qu'en automne! Je le cherche en blanc depuis plusieurs années, mais la mode a passé et ce bicolore qui ne me plaisait pas tant que ça a fini par me convaincre : tout aussi lumineux!


Le Phantom qu'aucune neige précoce n'a cassé est encore bien présent dans sa version ocre et il anime la cour à lui tout seul! La photo date de quelques temps, il a désormais perdu toutes ses feuilles, mais ses fleurs sont admirables encore.


Les mangeoires des oiseaux ont été garnies, et des nuées de mésanges, de moineaux et de pinsons les pillent quotidiennement! Bien heureusement, je les vois aussi arpenter les branches en soulevant les mousses pour en déloger quelques insectes. Après, le bain, la mésange bleue fait des acrobaties.


Des bonheurs simples, que le jardin procure, malgré tout... il suffit juste de les apprécier.

C'est le temps des Etoiles de Noël, fleurs que je dédaignais avant de les connaître en arbre sous les tropiques. Désormais, en souvenir de leur beauté majestueuse, je garnis ma fenêtre chaque année!


Et c'est avec elle que je vous souhaite à tous un joyeux Noël, et une belle et bonne année 2020 !

mardi 22 octobre 2019

Des trésors, encore, en vrac!

Entre deux pluies, quelques trésors... juste pour le plaisir de la fin de saison.

Des bonbons, ceux du Calicarpa que les oiseaux n'ont pas encore repéré tout occupés à piller les fruits du fusain.


Une surprise, la floraison du Schizostylis, acheté à la vite, planté et oublié...


Un étonnement, avec la ténacité du Penstemmon qui fleurit pour la troisième fois cette année.


Le fusain ailé qui se la joue framboise... juste pour quelques jours, mais quel délice dans les derniers rayons de soleil!


Le rosier A Shropshire Lad, qui se rattrape de sa maigre prestation estivale.


Enfin, le flirt attendu des deux homonymes... Le dahlia Eveline et la rose Evelyn ! En toute fin de saison, c'est vrai.


Voilà, c'est une petite chronique des massifs encore piquetés de quelques fleurs qui me réchauffent le coeur!