mercredi 26 février 2020

Le lendemain...

ne ressemble pas aux jours précédents!!!






Un air connu et attendu... mais zut!

mardi 25 février 2020

Fleurettes

Tout semble facile au jardin ce mois de février : pas de neige, pas de gros gel, et même pas de pluie depuis deux semaines. Pourtant, je le sais, le printemps n'est pas encore installé et l'hiver est en embuscade pour la fin du mois. N'empêche, je profite de chaque petite fleur et de chaque bourgeon.

Les petits iris Harmony font un tabac cette année, en fleurs depuis trois semaines.


Ils ont été suivis de près par les crocus... Je me félicite chaque printemps d'avoir peiné en octobre pour en planter encore, et encore... Je n'ai plus leurs petits noms, perdus dans l'enchaînement des nouveaux arrivés.



Les abeilles, domestiques ou sauvages, sont à pied d'oeuvre, et j'ai même vu passer deux papillons - un Robert-le-Diable et un Citron. Pas de photo pourtant : très pressés, tous les deux!

La bonne surprise : en voulant nettoyer la pervenche, enfouie sous les feuilles mortes, j'ai vu un monticule qui m'a interpellée : qu'avais-je bien pu planter en butte ? Heureusement, je débarrassais les feuilles avec délicatesse craignant de casser une éventuelle pousse, quand le dos piqueté d'un hérisson a surgi, tout rond! Il dormait encore bien profondément et je me suis dépêchée de tout remettre en place, en sécurisant le nid avec un léger caillebotis...

Une mini association au naturel qui me plaît bien : pervenche et perce-neiges en deux versions!



Et une autre encore :



Deux hellébores encore, juste pour le plaisir :

Hellébore orientalis

Hellébore Double White
C'est dans cette douceur que je plante les rosiers, avec plus de facilité que je ne le craignais : la terre est désormais bien malléable au jardin, après tant d'années d'amendements!  Aussi, le plaisir est bien là!




jeudi 6 février 2020

Les nouveaux rosiers

La neige s'est invitée en même temps que les rosiers ! 

La lumière hier matin m'a tirée hors de la maison pour saisir quelques fragments de magie, avant que tout ne fonde...

Dans un rideau de perles, l'hamamélis brandit ses diablotins... Cette couleur framboise, vive et appétissante, me ravit chaque année.


La giroflée est bonne fille : non seulement elle résiste à ce climat et à ce sol lourd depuis de longues années, mais elle pousse l'audace jusqu'à fleurir dans la douceur du mois de janvier : la neige légère ne semble même pas la flétrir.


Tout ce blanc a fondu sous le soleil, et il a fallu ratisser les feuilles que la tempête avait amenées. Auparavant, j'avais déjà demandé de l'aide pour ce nettoyage, et pour tailler la glycine sérieusement, car elle menace de tomber sous son propre poids. On voit d'ailleurs dépasser, tout tordu, le piquet qui devait la soutenir. Heureusement que fleurs et feuilles cachent sa structure pour le moins tourmentée...


Et voilà le côté joli de l'affaire : les nouveaux rosiers.


Ils ont mis une semaine pour arriver et avaient débourré dans leur emballage, aussi ont-ils été mis en jauge dans une brouette de terre sous le garage, en attendant que la terre se réchauffe un peu et que je puisse creuser!  

Reine des Violettes, Souvenir du Dr Jamain
The Fairy, Rose de Monplaisir
Little White Pet, Pénélope
Crédit photo : Roseraie Ducher

J'ai reçu un rosier en cadeau : une agréable surprise dans un ton tonique et que l'on dit très remontant et parfumé, en plus : le rosier Frank Morgan's Sunset.

Photo tirée du catalogue Ducher
Bien évidemment, je cogite pour leur trouver la meilleure place possible, en termes d'exposition et d'harmonie des couleurs!

La perspective de beaucoup de plaisir !

mercredi 29 janvier 2020

Renouveau

La taille annuelle est agendée chez moi en janvier : les pousses des bulbeuses sont encore frileusement en terre, et les ouvriers peuvent ainsi aller et venir sans faire trop attention. Cette année pourtant, c'était déjà un peu trop tard... Les pousses ont souffert et la sève des arbres a coulé d'abondance! On ne fait pas toujours comme on le voudrait - et encore moins comme il le faudrait...

Mais le renouveau, c'est surtout l'abattage des trois érables pourpres qui me séparaient de mes voisins... Après des années de lutte et de traitements inutiles, j'avais abandonné tout espoir de les voir résister à l'oïdium qui les tachaient régulièrement. J'ai bataillé tous les étés pour ramasser les feuilles malades, craignant que la maladie ne s'installe sur les plantes à leur pied.  De plus, au fil des années, leur forme était de plus en plus laide, puisqu'ils avaient été mal conduits dès le départ!

Vous l'avez compris : je ne les aimais pas! A tel point que je n'en ai qu'une ou deux images...

Les voilà en 2009 - soit 20 ans après mon installation dans le jardin - lors d'un nettoyage  de la haie...


et le soir avant leur abattage :


Je ne leur laisse qu'une seule grâce : la lumière du matin à travers les feuilles...


Et alors, ce grand vide? J'ai un liquidambar Golden Sun maintenu en pot depuis 10  ans qui remplacera harmonieusement ces arbres mal adaptés au climat et au jardin. 

De lui non plus, je n'ai pas de photos : le bac servait à cacher le tuyau d'arrosage! Depuis que j'ai adopté les nouveaux tubes rétractables, un simple pot en terre fait le décor, et je peux redonner sa liberté à mon bel arbre. Voilà une photo du net qui donne une idée de sa dégaine actuelle...

Crédit photo André Briant
Je ne perdrai donc rien en couleurs, et je compte sur la reprise des buissons à fleurs sur ce petit talus - Spirée et Deutzia - pour animer la scène et créer un écran sympathique, en attendant que ce bébé grandisse!


Le printemps risque d'être prometteur et je vous en reparlerai certainement, car je vais en profiter pour régénérer toute cette plate-bande en place depuis bien trop longtemps!

mercredi 22 janvier 2020

Papillons, oiseaux et chat !

Il fait froid, mais grand soleil depuis une semaine... Les bulbes commencent à éclater! Les arbres ne sont pas encore taillés et tout cela me fait craindre que les ouvriers les écrasent lors de ces travaux indispensables...

Je reste frileusement à l'intérieur, mais je me régale des fleurs papillons qui montrent cette année une bonne volonté remarquée... 


Elles fleurissent sans discontinuer, depuis novembre, certaines faisant même des variations étonnantes! Comme cette belle jaune qui a produit trois hampes ramifiées, la première ayant été tout aussi généreuse...


Elles cascadent sous le lanterneau qui leur apporte toute la lumière nécessaire, sans soleil direct. 


Je les arrose très modérément, avec un peu d'engrais spécifique entre les deux floraisons. De octobre à mars, c'est la couleur dans la maison!
Leurs noms me sont inconnus puisque toutes proviennent de grandes surfaces où elles sont proposées à des prix tout à fait raisonnables.

Leur "gueule" est souvent impressionnante, mais j'aime à les photographier de près, et aussi toucher leur texture cireuse au centre, et soyeuse aussi.


Leur seul défaut est le manque cruel de parfum!

Et pendant ce temps, au jardin, les oiseaux font l'assaut des mangeoires et c'est un spectacle tout aussi gratifiant.
La mésange bleue, bien sûr, en famille dans le jardin, sauf autour de la boule de graisse agressivement défendue, 


mais aussi les nuées de moineaux! Je ne me lasse pas d'admirer le dessin de leur dos.


Tout aussi frileuse que moi, la féline Seita sais profiter sans vergogne du moindre rayon de soleil... derrière la vitre!


En cet fin d'après-midi, j'ai fait une petite commande de rosiers... je vous en reparlerai certainement prochainement. Une beau passe-temps hivernal!

vendredi 10 janvier 2020

Un hiver sans neige ?

La question est posée : "Mais quand la neige va-t-elle arriver ?" Ce n'est pas tant que je l'attende avec impatience, mais bien la crainte de la voir tomber sur les fleurs printanières. Car jusqu'à aujourd'hui, pas un seul flocon - juste quelques giboulées... 

Un peu de froid la nuit mais pas moins que -6°C, juste de quoi nous faire cadeau d'un peu de sucre... Les plantules sont toutes mignonnes sous ce saupoudrage.

Lychnis coronaria

Matricaire
Les Heuchères sont toutes ourlées et leurs jupons sont très séduisants...


Cela ne dure que quelques heures au matin... et le temps doux reprend la main, faisant fondre cette magie pour en créer d'autres!

Comme l'Hellébore fétide qui fait sa réapparition au jardin, après deux ans d'absence. Elle va dans le jardin au gré de ses envies, elle n'est pas toujours bien placée, mais elle craint les déménagements et pour la beauté de ses fleurs pâles, j'évite de la malmener.


La clochette blanche n'a rien à percer, mais sous le soleil, c'est la seule, la première, si attendrissante.


J'ai râtelé quelques feuilles mortes encore, un peu dans les massifs, et surtout dans le gazon, histoire de profiter du soleil et de ne pas trop m'ankyloser. La Centaurée guignait sous un petit amoncellement, complètement à contre saison!


J'avais hésité à faire des potées de choux décoratifs, tant celles qui ne sont pas abritées sont vite ruinées par le gel ou la neige. Mais elles sont encore toutes belles, et je me régale de ce magenta qui me permet aussi de relever la tonalité de ce premier article 2020.